LISVDHE/Droits de l'homme

ANALYSE ET TRANSFORMATION DES CONFLITS

Avant que LISVDHE n'intervienne dans le cadre de la procédure pénale, au moment où elle recoit des doléances faisant appelle à son assistance; pour chercher à s'assurer de la précision, et si cela le permet, elle invite d'abord les parties en conflit pour les écouter. Les ayant bien écoutés, le collège mandaté pour cette fin, leur propose/suggère à voir si elles peuvent se concilier de manière à l'amiable. En cas d'échec, elle ne fait qu'assister la partie qu'elle croit lésée et qui se manifeste méprisée en raison de son indigence, ou celle qui se manifeste plus indigente et vulnérable. Délà, c'est le déclanchement de la procédure juridique via l'activité ''assistance judiciaire et juridique gratuite'' via son programme ''ACCES DE TOUS A LA JUSTICE" qui a été soutenu en 2014 par l'organisation francaise Agir Ensemble pour les Droits de l'Homme (AEDH) à travers son programme DECLIK. De cette activité, les différentes cliniques de LISVDHE recoivent des doléances de diverses formes dont parmi elles, les viols faits contre les filles/femmes, les tortures, les arrestations arbitraires et détentions illégales, les conflits fonciers et conflits d'héritage ont souvent été à requirentes. 

Outre, en collabotation avec VERBATIMS entre autre ''Institut de formation et d'appui pour la prévention des conflits identitaires'' qui est une organisation Belge, LISVDHE avait organisé des activités liées à l'analyse et transformation des conflits. En 2012, en territoire de Rutshuru, elle avait organisé deux forums sur les conflits identitaires durant la période préélectorale, éléctorale et postéléctorale c'est à dire avant, pendant et après les éléctions. 
Droits de l'homme