LISVDHE/Droits de l'homme

Appel Urgent DDH Muyisa Kasindi

APPEL URGENT

En effet, Mr. MUYISA KASINDI est défenseur des droit de l’homme prestant au sein de la LISVDHE depuis 2015, où est point focale de la Ligue de sacrifice volontaire pour la défense des droits humains et de l’environnement «LISVDHE» en sigle, en territoire de LUBERO et ses environs. LISVDHE est une organisation du droit congolais qui en vu de prevenir les graves atteintes et violations des droits humains, aide et facilite les paysans ne conaissant pas leurs droits à les revendiquer.

MUYISA KASINDI a toujours milité pour la paix, le respect et la promotion des droits del’homme en territoire de LUBERO où il a régulièrement rapporté et dénoncé divers abus et diverses violations des droits de l’homme commis tant par les membres des groupes armés locaux et étrangers que par certains éléments de forces Gouvernementales. Loin, de ca, il a toujours récu des victimes des violations des droits humains, qui pour leurs faciliter à recouvrer leurs droits, les toujours accompagné auprès différentes autorités locales pour une prises en charge.

Monsieur MUYISA KASHINDI et parmi les notables locales de sa cité de Kirumba où il est recoconnu même comme enseignant pendant plusieurs années, et célà à l’école Secondaire KILALO à KIRUMBA.

De plus inquiétant, est que dans la nuit de 23 Janvier 2018 vers 2h40 à KIRUMBA en territoire de LUBERO, la maison de Monsieur MUYISA KASINDI ait été la cibles d'hommes armés non identifiés en armes à feu,machettes et couteaux qui de force avaient réussis a brisé la porte de la maison avant de briser encore la porte chambre où reservée pour son petit frère, et dans laquelle logeaient Monsieur KAVUSA et leurs visiteurs BAKWANAMAHA. De leurs entré dans cette chambre, ces bandits ont commencé à leurs intimider et leurs ont infligé des coups des fouets tout en leurs demandant de dénoncer où se retrouverai leurs grands frère. Déçus de n’ayant pas trouvé reponse favorable, se sont dirigés vers la chambre à coucher du présumé défenseur recherché où ils avaient été face à son épousé très effrayée. Du coup,l’ont menacée à mort si elle ne montrait pas où se retrouverait son mari. Par chercher à sauver son épouse malgré éffrayée, cette dernière tentait de leurs tromper que son mari était parti pour BUTEMBO et pourtant il se cachait sous les lits de ses enfants qui pousaient des cris de sécours. C'est de grace que les voisins étaient saisi de cris de ses enfants qu'à leurs tours ont compris que la maison de MUYISA KANDI était sous contrôle des bandits. C'est là qu'eux aussi poussé des clameurs et coups de sifflets qui ont fini par retentir tout le quartier. Les bandits étant saisi, c'est par craintes que'ils se sont précipités de sortir de cette maison où arrivés au salon, ont emportés 4lapins,2chemises, 3pantalons et des paires des souliers, laissant encore un message verbale d'expression swahili aux petits frères et épouse du défenseur, dont citons : « IKO NA BAHATI,MUMWAMBIE AACHE PALE KUWA NA SHITAKI BATU»,fin de citation. Ceci pour dire, «dit à lui qu'il a la chance. Qu'il cesse de nous accuser». Cette situation, a été saisie à la police locale qui réside non loin du domicile du défenseur le lendemain matin, mais qui cette dernière demeure sous silence.

Comme cela ne suffisait pas, une semaine après, en date du 03 mars 2018 vers 7h30 d'un samedi matin à l’institut KILALO où Monsieur MIYISA KASINDI est enseignant de longue date, ces collègues enseignants ont été surpris par des écrits plaqués sur le portail de l’une des salles de classe. Ces écrits qui menaçait à mort Monsieur MUYISA KASINDI, étaient en swahili dont la citation : « TULISHAJUA KAMA NI WEWE MUYISA KASINDI NJO MWENYE IKO FAA BUYUWAYI YAKUSHITAKI SHITAKI BATU, UCHUNGE UTAONA KAMA ITAVUKA le 5 avril 2018 ». Ceci qui veut dire: «Nous avions su que c'est vous Mr. MUYISA qui s'est rendu en connaisseur par ses accusations portées contre des personnes. Fait attention, tu vas voir si le 05/04/2018 va passe».

Actuellement, faute de tous ces incidents liés à sa sécurité, le défenseur a pu saisir le commandant du police sur place de ces faits dont il fait face. Comble est qu'aucune mesure de protection ni de sécurité n'a été prise à son encontre. Ce qui laisse le précité défenseur dans une extreme risque et désolation qui l'oblige lui et sa famille de vivre dans une extreme clandestinité et la peur au ventre car ne sait jusqu'aujourd'hui pas à quel autre ânge se vouer.

Cependant, attendant les résultats qui pouvaient surgir des enquêtes telles que promises par l’autorité administrative locale en personne du chef de cité de KIRUMBA Monsieur LUHOLU JOEL dont son contact est: +243(0)997774641,

Confiant aussi que vous le pouvez en seul mot, en seul petit geste pour que ce défenseur dont sa vie reste en danger se retrouve en sécurité, veuillez agréer à nos sentiments les plus distingués.

Pour d'amples imformations relatives à la situation décrite ci-haut, vous pouvez contacter:

  • Le président Territorial de la société civile de LUBERO,Mr.KAVALI SHANGILIA: +243(0)994393275

  • Monsieur MUTSUVA KAMBALE son collègue enseignant:+243(0)975649973

Cordialement

Fait à Goma le 13 Mars 2018

Anicet Katsuva

Président LISVDHE

Tél +243 (0) 994068726


Droits de l'homme