LISVDHE/Droits de l'homme

Communiqué DDH Philippe Busimba

Communiqué de Presse N°009/LIS/DH/DG/NK-RDC

Préoccupé par les informations faisant étant des violations des droits humains et celles des défenseurs des droits de l’homme en risque en particulier en territoire de RUTSHURU, LISVDHE s’inquiète de la situation de l’arrestation de défenseur de droits de l’homme Monsieur PHILIPPE BUSIMBA ce lundi 15/07/2019 au camp militaire de RUMANGABO par le service de renseignement de 3416 ème régiment quand il voulait s’acquérir de la détention d’un habitant de RUGARI par les FARDC de RUGARI qui est une unité de bataillon de ce régiment dont le Commandant régiment est basé à RUGARI.

En effet, Monsieur PHILIPPE BUSIMBA est défenseur des droits de l’homme au sein de la LISVDHE depuis 10 ans. En 2016, il a été la cible d’une menace de mort en raison de ses différentes dénonciations. Pour lui sauver de ce plan macabre lui tendu par des éléments FARDC, Il a été évacué de RUTSHURU sa zone d’action vers une zone autre pour une durée de plus de 6mois avant qu’il y revienne reprendre ses activités en faveur des droits de l’homme.

La plus récente de ses activités quotidiennes est qu’il a presque deux semaines qu’il accompagnait un vieillard paysan cultivateur de RUGARI près le tribunal militaire de GOMA. Heurté à une corruption, lui est ses collègues défenseurs des droits de l’homme et Avocats de la victime qu’il assistait, ont décidé de saisir la cour militaire Opérationnelle du Nord Kivu située dans le même local que l’auditorat militaire de Garnison. Ici l’affaire est encours.

Comble c’est de voir qu’aujourd’hui il a été saisi la victime qu’il accompagnait pur obtenir justice a été arrêté à RUMANGABO par le service de renseignement militaire de 3416 ème régiment e FARDC à travers son bataillon de RUGARI.

Cependant, maitrisant bien les faits et à bon jugé s’y rendre pour s’enquérir des mobiles de l’arrestation de celle-ci. Y arrivé pour le visiter et le parler, le défenseur de droit de l’homme qui n’a rien n’a faire dans cette affaire a été arrêté alors que lui ne faisant qu’accompagner la personne que nous estimons être victime troublée dans ses droits.

LISVDHE crois que toute personne privée de sa liberté a droit aux visites des membres de sa famille, de son conseil ou de sa défense. Tel est droit lié à sa vie privée et qui ne doit souffrir d’aucunes ingérences sans motif nécessaire et non prévu par la loi.

Par ailleurs, LISVDHE considère cette manière de faire à une façon de museler les défenseurs des droits humains. Elle est aussi une manière d’intimider la victime pour qu’elle cède car l’affaire est trop complexe car certaines autorités s’y attendent à des interpellations.

Loin de ce la, LISVDHE Craint que cette arrestation ne soit un règlement de compte face aux dénonciations  et accompagnement des personnes démunies pour qu’elles accèdent à une vraie justice. Dans cette démarche il se voit que ceux qui font Justice pour l’argent n’en sont pas contents. Et voilà pourquoi doivent se retourner contre lui et ses collègues.

Or LISVDHE que dans une société dite démocratique la bonne administration de la justice occupe une place si éminente en ce qui est du droit au procès juste et équitable.

Voilà pourquoi LISVDHE saisie cette situation  pour que toute personne qui nous lis en copie puisse pouvoir nous aider et soutenir ce collègue dont tel que nous connaissons la situation de notre justice et nos prisons, sa vie est en risque.

Pour ce faire, LISVDHE espère que  cette situation vous attirerez plus d’attention.

Pour plus d’information

LISVDHE Droits de l’homme

Anicet Katsuva,

Président

Tél: +243 99 40 86 726


Droits de l'homme